Les élèves ont étudié les contes merveilleux en classe.
Ils sont ensuite devenus écrivains à leur tour.
Voici trois contes écrits en coopération à partir d’une introduction à compléter.
Caty BOXBERGER
Il était une fois, un boulanger et une boulangère qui avaient neuf enfants.
La plus jeune, Lisa, n’avait que six ans.
Elle était nommée ainsi, car, elle aimait par-dessus tout lire.
Elle allait jouer dans les bois, avec ses huit sœurs, puis, elle eut l’idée de construire une cabane dans les arbres.
Elles allèrent chercher le matériel nécessaire et de l’aide.
Une fois terminée, un chasseur a tiré sur la cabane.
Il avait failli tirer sur l’une de ses huit sœurs.
Elle eut très peur et s’enfuit.
Lisa retourna chez elle, pensant que ses sœurs étaient revenues à la maison.
Quand elle ouvrit la porte de sa maison, la petite fille ne trouva que son père qui lisait son journal.
« Les filles ne sont pas avec toi ?
Pourquoi, elles ne sont pas rentrées à la maison ?
Non, va voir à la boulangerie. »
Lisa partit aussitôt.
Cette histoire commençait à l’inquiéter.
Mais…quand elle arriva, la boulangerie avait disparu !
Elle repensa  au chasseur qui avait tiré sur sa cabane.
Mais, une carabine ne pouvait pas détruire une boulangerie, et, en plus, il n’y avait pas de ruines !
Elle pensa à une vieille légende qui racontait que tous les cent mille ans, un mini vortex aspirait cinq monuments.
La boulangerie aurait-elle remplacé un monument ?
Lisa partit alors au temple sacré en haut de la colline.
Quand elle entra dans le temple, elle vit un tableau penché.
Elle l’enleva pour le remettre en place et découvrit un passage secret.
Elle entra dans le tunnel et, quand Lisa fut arrivée au bout, elle trouva une grande pièce où il y avait un sceptre et un grimoire.
Elle lut tout le livre, il expliquait que le sceptre était magique, qu’il  pouvait tout détruire et faire réapparaître les choses à leur état d’origine.
Elle prit le sceptre et le chasseur arriva sur le champ.
Il attaqua la petite fille qui se servit du sceptre et anéantit à la fois le chasseur et le vortex.
Elle partit du temple  pour retourner chez elle.
Mais quelle fut sa surprise lorsqu’elle ouvrit la porte de sa maison !
Toutes ses sœurs étaient retournées à la maison.
La légende était donc  vraie, une fois le vortex détruit, tout était revenu à son état d’origine.
Et, ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.
Il était une fois, un boulanger et une boulangère qui avaient neuf enfants.
La plus jeune, Lisa, n’avait que six ans.
Elle était nommée ainsi, car, elle aimait par-dessus  tout  lire.
Elle allait jouer dans les bois, avec ses huit sœurs, puis, elle eut l’idée de construire une cabane dans les arbres.
Elles allèrent chercher le matériel nécessaire et de l’aide.
Une fois terminée, un chasseur a tiré sur la cabane.
Il avait failli blesser  l’une de ses huit sœurs.
Elle eut très peur et s’enfuit.
Elles ont couru si vite, que le chasseur n’arrivait plus à les retrouver.
Durant le trajet, Lisa a trouvé un anneau sur le sol.
Elle dit à ses sœurs : « Arrêtez-vous, il y a un anneau parterre, il faut le prendre, il a peut-être de la valeur ? »
Le chasseur  continuait à leur tirer dessus, mais,  les huit sœurs arrivaient à la ville.
Il tira alors sur un arbre ,  celui-ci tomba et bloqua la route.
Les sœurs essayaient de le contourner, de grimper, en vain.
Lisa sortit l’anneau de sa poche et elle le posa sur l’arbre, il s’ouvrit  et les sœurs passèrent.
L’arbre se referma sur leur passage, bloquant à tout jamais la poursuite du chasseur.
Heureusement, le chasseur n’arrivait plus à les poursuivre.
Elles arrivèrent à la ville, tout essoufflées.
Elles partirent directement vers la boulangerie et, en entrant, elles dirent à leur père :
« Papa, papa, on a trouvé un anneau magique », leur père leur répondit : « C’est bien,  expliquez- moi ce qu’il a fait. »

Les filles racontèrent toute leur aventure et ils repartirent paisibles chez eux, où ils vécurent heureux en famille.
Il était une fois, un boulanger et une boulangère qui avaient neuf enfants.
La plus jeune, Sucrette, n’avait que six ans.
Elle était nommée ainsi car elle aimait par- dessus tout  le sucre.
Elle mangeait beaucoup et, le boulanger en avait assez car, dès qu’il posait quelque chose, elle le mangeait. Il décida d’arrêter de faire des gâteaux.
Un peu plus tard, le boulanger décida  de faire une boulangerie très très loin.
Et, Sucrette voulut le retrouver, pendant son chemin, elle trouva sous des cailloux un collier scintillant de mille feux.
Alors, elle le mit à son cou puis, elle continua à marcher lorsqu’un arbre s’écroula et lui barra la route, elle s’assit parterre et réfléchit.
Soudain, elle entendit un bruit, elle se releva et regarda ce qui se passait.
C’était un castor qui coupait l’arbre et dégageait le passage, alors, sa mine triste disparut  et  elle se dépêcha de passer. Sucrette le remercia :
« Merci, merci, qu’est-ce que tu veux en échange ?
-Rien, rien, ce n’est pas grave !
-Accompagne -moi, on fera une belle équipe ! »
Le castor accepta et ils continuèrent leur chemin.
D’un coup, un loup leur sauta dessus pour les dévorer, mais, le collier commença à briller, tant et si bien, que le loup se cacha les yeux et s’enfuit.
Alors, Sucrette regarda son collier, il avait perdu son éclat et le castor était stupéfait !
« Ne nous arrêtons pas ici, continuons ! » Trois jours, plus tard ils aperçurent enfin la boulangerie.
Sucrette décida d’y entrer.
Elle dit :  « Bonjour ! ».
Le père de Sucrette, en sursautant dit : « Qu’est-ce que tu fais là Sucrette ? »
L’enfant répondit : « Je t’ai enfin retrouvé ! »
Alors le père dit : «  Comment m’as-tu retrouvé ? »
Alors, Sucrette expliqua l’histoire à son père et lui demanda :
« Puis-je avoir un gâteau ?
-D’accord , si tu me promets  de ne plus manger de gâteau sans mon autorisation !
-Je te le promets . »
Depuis ce jour, ils vécurent heureux dans la nouvelle boulangerie et ils firent ensemble de nombreuses pâtisseries.
Projet d’écriture en CM1
Ecole
Actualité    
Mentions légales - Dénomination : Etablissement Privé Catholique Sainte Marthe
Siège social : Avenue Alphonse Daudet - BP61 - 13150 TARASCON
Tél : 04 90 91 03 48 - Fax : 04 90 91 07 21
Contact : ecole.stemarthe.108@wanadoo.fr
Site hébergé par : ovh.com